La moissonneuse gallo-romaine au fil de l’histoire. Une icône, révélateur épistémologique au coeur de la technologie romaine

Retour aux publications
Auteur
Georges Raepsaet
Année
2022
ISBN
978-2-9602029-6-0
Lieu
Bruxelles
Edition
Éditions de Boccard
Collection
Études d’archéologie 19
Pages
196

La moissonneuse gallo-romaine, appelée vallus chez Pline XVIII, 296 et vehiculum chez Palladius VII, 2, a de tout temps intéressé les historiens, interpellé les agronomes et fasciné le grand public, en particulier lorsque l’on a découvert le relief de Buzenol en 1958. La machine, il est vrai, est unique en son genre à travers les pratiques agricoles occidentales, de l’Antiquité au XIXe siècle. En effet, de tout temps et partout jusqu’au début du XXe siècle, on moissonne à la faucille, à la sape ou à la faux, à l’exception de la Gaule romaine septentrionale où les épis d’épeautre se fauchent avec une barre de coupe montée sur roues, propulsée de l’arrière par un animal, asinien ou bovidé. Idée de génie ? Peut-être. Invention étonnante, assurément. Mais au fil des siècles, si l’idée et le principe sont à l’origine des moissonneuses modernes mises au point vers 1800-1850, son efficacité agricole dans l’Antiquité sera parfois contestée, en particulier au milieu du XXe siècle, par un courant historiographique appelé « primitivisme » qui refuse globalement toute capacité technologique à l’Antiquité et fait volontiers du vallus une cible privilégiée. Aujourd’hui, après vingt ans de recherches pluridisciplinaires et d’expérimentations sur le terrain, le débat est (momentanément ?) clos à l’avantage du vallus, efficace pour la moisson des céréales vêtues, en particulier l’épeautre et l’amidonnier, ou, à tout le moins, à conditions analogues, nettement plus rapide que la faux et la faucille, sans plus de gaspillage et avec moins d’effort.

Le présent essai parcourt deux mille ans d’histoire et d’historiographie de cette machine iconique, histoire tantôt glorieuse, tantôt chaotique, au fil de mouvements épistémologiques ou idéologiques dont le vallus fut, quelque part, une redoutable pierre de touche.

Georges Raepsaet est Professeur émérite de l’Université libre de Bruxelles. Ancien Directeur du Laboratoire d’Archéologie classique et du Centre de Recherches archéologiques (devenu CReA-Patrimoine) de l’ULB, l’auteur a consacré de nombreux travaux à l’archéologie des techniques productives pré-industrielles, à l’histoire économique de l’Antiquité et à l’archéologie de la Gaule romaine.

 

Consulter la table des matières

Les commandes peuvent être adressées à Peeters Publishers.
Bondgenotenlaan 153
3000 Leuven
Belgique
peeters@peeters-leuven.be
https://www.peeters-leuven.be/