Nicolas NIKIS

Profile picture for user Nikisnicolas
Maître de conférences et chargé de recherche

Université Libre de Bruxelles
Centre d'Anthropologie Culturelle (CAC)
Institut de Sociologie - CP 124
Avenue Jeanne 44
B- 1050 BRUXELLES
13ème étage - Bureau 210

profile_email
0032 02 650 34 14
Bio

Nicolas Nikis est archéologue et ses travaux s’orientent autour de l’histoire des techniques et des réseaux d’échanges en Afrique centrale. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2018 à l’ULB, portait sur les productions de cuivre dans le bassin du Niari (Sud de la République du Congo) et leur contexte sociopolitique et économique au cours du dernier millénaire. Les divers projets qu’il a développés ensuite lui ont permis d’élargir ses recherches à l’histoire des réseaux d’échanges dans le bassin du Congo, notamment à travers la combinaison des sources historiques, archéologiques et archéométriques. Depuis 2021, il travaille également sur les techniques de production de la céramique et du fer dans le cadre du projet HisTech.

Il est Maître de conférences et chercheur sur le projet FED-tWIN.

Il est également membre associé du CREA Patrimoine.

CV

- Doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, Université libre de Bruxelles (2018)

- Master Sciences humaines et sociales, à finalité Professionnelle, mention Archéologie, spécialité Archéologie préventive, Université Paul Valéry-Montpellier 3 (2013)

- Master en Histoire de l’Art et Archéologie, à finalité Pratique de l’archéologie, option Afrique, Université libre de Bruxelles (2012)

- Bachelier en Histoire de l’Art et Archéologie, option Antiquité, Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur (2010)

Informations secrétariat

Secrétariat  : +32(0)2 650 31 83

CAC-Secrétariat@ulb.be
Présentation des recherches

History from Things and Techniques: Crossing the Present and the Past in Central Africa

Projet FED-tWIN Prf-2019-056 -HisTech (2021-2031)

Olivier Gosselain

Alexandre Livingstone Smith

Nicolas Nikis

À l’Interface de l’anthropologie des techniques, de l’archéologie et de l’histoire, le projet HisTech aborde l’histoire de l’Afrique centrale à travers l’étude des techniques céramiques et métallurgiques.

Si de nombreuses sources sont disponibles pour reconstituer l’histoire des périodes récentes en Afrique centrale – documents écrits, objets, photographie, histoire orale -, seule la culture matérielle permet de documenter les périodes plus anciennes et d’investiguer les dynamiques sociohistoriques sur le temps long.

La poterie, omniprésente comme élément de la vie quotidienne, et les objets en cuivre et fer, métaux dont l’importance sociopolitique et économique a été depuis longtemps soulignée, sont les principaux éléments présents dans les assemblages archéologiques dans et autour du bassin du Congo et forment le cœur du projet. Celui-ci tente d’identifier des traditions techniques à partir de la comparaison et la cartographie de chaines opératoires actuelles ou du passé récent (fin 19e siècle – 20e siècle) reconstituées grâce à des interviews avec des artisans, des documents d’archives ou des collections muséales. Ces dernières permettent ensuite d’explorer la manière dont les artisans interagissent entre eux, mais elles peuvent également révéler des liens plus profonds avec différents types d’identités sociales.  Dans un second temps, l’identification de traditions techniques sur base des données archéologiques, dont l’interprétation bénéficie du référentiel technique constitué par les données récentes, permet de détecter les continuités et ruptures de leur distribution spatiale dans le temps. Grâce à cette approche diachronique, il est possible d’identifier les changements à long terme de la culture matérielle et d’explorer les transformations sociohistoriques plus globales en Afrique centrale.

 

Travaux sélectionnés

Liste des publications encodées dans DI-Fusion (dépôt institutionnel de l’ULB)